Les bienfaits de l'Aïkido

C'est le sens du "ki" de Aïkido. L'accent est mis, dès les premiers cours sur la position au sol (énergie terrestre), la respiration abdominale (énergie cosmique) et la position de la colonne vertébrale qui permet de faire circuler cette énergie. Cette énergie, concentrée en un point abdominal peut être alors projetée hors de soi. Les progrès sont rapides et les exercices recommencés au début de chaque cours. Nombreux exercices de déplacement qui, grâce à la conscience de son centre, permettent d'améliorer l'équilibre en toute circonstance. En Aïkido, le partenaire mime une agression (coup ou saisie, frappe avec arme). Cette "agression" est adaptée au niveau de chacun. Il s'agit de l'utiliser, sans violence, et de la retourner contre l'adversaire. Progressivement, le pratiquant prend confiance en ses possibilités et ose sortir, traverser la rue, s'exprimer en public, aller vers les autres, sans excès, ni repli sur soi. Retrouver la confiance en son corps en acceptant d'aller au sol et de se relever facilement en équilibre. Se mouvoir dans toutes les directions en étant prêt à s'adapter immédiatement à une nouvelle vision de l'environnement.
Dossier du Monde, 18 mai 2011, "Le sport sur ordonnance, alternative aux médicaments",  article de Pascale SANTI. L'Aïkido est relationnel. On réapprend vite à toucher l'autre, à sentir son énergie, à s'y adapter et à développer, en harmonie, des techniques simples, sans violence, mais très belles et efficaces (Aï = harmonie). Très vite, de par la nature même de l'Aïkido, le pratiquant se resocialise, a plaisir à faire partie d'un groupe, à fêter en commun les phases réussies de l'apprentissage. Si tout ce qui est dit précédemment est vrai pour toute forme d'Aïkido, pour les Seniors débutants, la pratique est adaptée. Point de chutes brutales, ni de mouvements pouvant causer problème (suppression du travail à genoux). Un Aïkido où chacun apprend à se connaître, à connaître ses limites, à accepter de ne pas les dépasser et apprend à s'adapter à l'autre ("Connais-toi, toi-même" Socrate).